La (mauvaise) hypothèse du « Nouveau Front » ?

Par Jean-René LAGET, Directeur des publications

Bientôt « NF » plutôt que « FN » ? Le feuilleton de la « rebaptisation du Front National » est l’un de ceux qui durent le plus outre celui de la « dédiabolisation » au sein de la principale formation de l’Extrême Droite française.

Après le « RN » pour « Rassemblement National » lors des Législatives de 1986 puis comme double nom de groupe parlementaire lors de la VIII ème Législature (2 Avril 1986 au 14 Mai 1988) et qui est désormais le nom d’une formation politique indépendante de tout « lepenisme », se situant entre le RPF et le FN, après l’éphémère RBM pour « Rassemblement Bleu Marine », après « ARN » pour « Alliance pour un Rassemblement National » déposé à l’INPI en Janvier 2012, après « Parti Patriote » d’inspiration Buissonienne, après « Les Patriotes » … qui n’est autre aujourd’hui que la formation de Florian PHILIPPOT, après « NFN » pour « Nouveau Front National » ou encore « SN » pour « Solidarité Nationale » faisant à la fois trop proche de S&P (Solidarité et Progrès de Jacques CHEMINADE) et de Réconciliation Nationale (Soral et Dieudonné) c’est désormais… « Nouveau Front » qui est envisagé sans pour autant être confirmé. 

Il est vrai que la ficelle a déjà été utilisée à l’époque par l’UDF qui s’était rebaptisée en… Nouvelle UDF (Novembre 1998) sous prétexte d’absorber quelques petites formations centristes, ce que le FN a déjà plus ou moins fait depuis 2012 avec le RBM même si ces dernières d’Extrême Droite apparaissaient plus « maison » qu’autre chose. 

Les spéculations médiatiques reposent surtout sur le nom de la tournée de la patronne du Front : « tournée Marine en avant pour un Nouveau Front », sur quelques déclarations au cours de cette tournée mais aussi sur la question du changement de nom dans un questionnaire adressé aux 51.000 adhérents à jour de cotisation. 

Ce « Nouveau Front » qui fait tant couler d’encre… Capture d’écran visuel tournée MLP. 

Deux obstacles majeurs à l’utilisation de ce sigle :

La première (et pas des moindres), c’est l’ombre du Menhir, son père et fondateur de son parti, Jean-Marie LE PEN, celle qui lui sera plus pesante que jamais en ce début d’année 2018 et ce pour plusieurs raisons : 

exclu du parti en Août 2015 à la demande de sa fille à la suite de sa récidive sur la Shoah, le Député Européen a contesté devant la Justice son éviction et notamment celle de sa Présidence d’honneur du parti. La Cour d’Appel de Versailles devra d’ailleurs se prononcer sur le sujet le 9 Février 2018 juste avant le 16° Congrès du parti les 10 et 11 Mars de la même année où les adhérents devront se prononcer sur la suppression… de la fonction de Président d’honneur. 

Le doyen de la vie politique française, pas en reste, sortira le 1er Mars 2018 chez l’Editeur Muller (plutôt spécialisé dans les mémoires de Guerre) le 1er tome de ses mémoires qui promettent d’être explosives : 500 pages (ou presque) allant de sa naissance le 20 Juin 1928 à la Trinité-sur-Mer jusqu’à la fondation de son parti avec l’aide d’Ordre Nouveau : le FN, le 5 Octobre 1972. 

Il sera dans un premier temps tiré à 40.000 exemplaires et un deuxième est d’ores et déjà prévu pour 2019… année des Européennes où l’élu européen sortant essayera sans doute de se faire réélire mais sans pouvoir bénéficier du soutien du FN : probablement avec ce qui reste des Comités Jeanne ainsi qu’avec l’UDN (Union de la Droite Nationale : Parti de la France de Carl LANG, MNR fondé par Bruno MEGRET et NDP fondé par Robert SPIELER). 

Outre les querelles familiales actuelles, le leader historique du FN n’a jamais caché son agacement quant à l’idée de changement de nom qu’il imputait jadis… à Florian PHILIPPOT : 

« le nom FN a un mérite rare dans cette famille politique : c’est la pérennité ».

C’est d’ailleurs suite à ce nouvel affrontement familial (et familial politique) qu’un autre problème pourrait revenir comme un boomerang dans la figure de la Députée d’Hénin-Beaumont : sa nièce, Marion MARECHAL-LE PEN.

Un autre problème, sautant moins évidemment à l’esprit (et pourtant…) est que le sigle « NF » fait déjà allusion à deux choses :

une norme de certification plus ou moins officielle (comme « NF Environnement », norme dépendant du groupe AFNOR)

et au mouvement politique de la députée européenne Michèle ALLIOT-MARIE (Nouvelle France) qui à notre avis se rangerait difficillement de côté pour faire plaisir au FN qu’elle a toujours combattu. 

Nouvelle France, mouvement de Michèle ALLIOT-MARIE

Un changement de nom ? Philippot n’y croit pas (plus).

Cité dans la rubrique « Les Exclusifs » de l’Express N°3468 de la semaine du 20 au 26 Décembre 2017 le Président des Patriotes estimait pour sa part que « (le FN va) considérer que les militants sont suffisamment destabilisés comme ça, qu’il ne faut pas en rajouter ».

Ardent partisan d’un changement de nom du parti lorsqu’il était N°2 de ce dernier, Florian PHILIPPOT estimait cette étape comme « nécessaire » dans la stratégie de dédiabolisation du parti et qu’il aurait déjà du en changer après les Départementales de 2015 qui n’avaient pas été à la hauteur des espérances.

Wait and see…

Interview exclusive de Carl LANG, Président du Parti de la France (PDF)

Dtom.fr vous propose à nouveau cet article initialement paru dans ses colonnes en date du 26 Novembre 2014. Il a son importance car cité sur la page Wikipédia de Carl LANG et constitue l’une des très rares interviews de cet homme politique qui se revendique de la « Droite nationale ».

Par Jean-René LAGET, Directeur des publications 

Je rencontrais Samedi 22 Novembre 2014 dans un restaurant à Nice le Président du Parti de la France, Carl LANG venu rencontrer ses troupes maralpines et le nouveau responsable de sa toute nouvelle section mentonnaise. Des troupes remontées à bloc venues acclamer l’Espoir d’une fédération de la Droite Nationale et patriote déjà débutée en 2011 avec la création de l’UDN, Union de la Droite Nationale, dont le MNR jadis de Bruno MEGRET et la NDP, Nouvelle Droite Populaire font partie.

JRL : « Bonjour Monsieur le Président ».

CL : « Bonjour. »

JRL : « En ce jour de lancement de la section mentonnaise et de votre visite dans les Alpes Maritimes, dtom.fr vous a proposé de vous rencontrer et de réaliser votre interview. Tout d’abord, nous allons procéder à votre présentation. »

CL : « Le Parti de la France a été fondé en 2009. Pour ce qui me concerne, de 1978 à 2008, c’est à dire entre ma vingtième et ma cinquantième année, j’ai été membre du FN. A deux reprises son Secrétaire Général de 1988 à 1995 et de 1998 à 2005. Député Européen de 1994 à 2009 et Conseiller Régional du Nord Pas de Calais de 1992 à 2010. J’exerce, et de nouveau, ma profession de masseur-kinésithérapeute. »

JRL : « Présentez nous votre parti, le Parti de la France ainsi que l’UDN, l’Union de la Droite Nationale. »

CL : « Le Parti de la France est un parti de Droite Nationale et Européenne. J’insiste sur : Droite, Nationale et Européenne. Dans le domaine économique, il défend les valeurs de Droite de promotion de l’entreprise, du travail, des libertés économiques, du refus de l’étatisme, du fiscalisme et du collectivisme. Des valeurs pour sortir la France de l’ornière économique et sociale dans laquelle elle se trouve. A la fois national et européen car je considère en effet qu’il faut réaffirmer les droits du Peuple Français à disposer de lui même et à rester lui même. Fier de son histoire, de son identité, de sa culture. Mais cette démarche nationale s’inscrit dans un enjeu de civilisation. Notamment de la défense des valeurs européennes et chrétiennes. Tous les patriotes des nations d’Europe devront relever ensemble au cours du 21 ème siècle les mêmes défis : démographique, migratoire, culturel, islamique et économique et social. » 

Crédit photo Flaview – Rencontre avec Carl LANG à Nice – 22/11/14

JRL : « Aujourd’hui, quelles sont les relations que vous entretenez avec le FN, notamment depuis Brignoles ? Jean-Paul DISPARD, ancien Conseiller Général frontiste, puis candidat du Parti de la France lors des élections cantonales partielles d’Octobre 2013 est-il toujours en relation avec ce dernier ? »

CL : « A ma connaissance, non et je conserve un certain nombre de relations personnelles avec des dirigeants et militants du FN. Mais le FN de Marine LE PEN refuse tout contact avec la véritable Droite Nationale et ce au nom de son obsession à la normalisation médiatique d’où la dérive toujours plus à Gauche de son discours. Pour le reste le Parti de la France est favorable au rassemblement le plus large possible de toutes les composantes de la Droite Nationale et patriotique. Nous devons nous organiser ensemble au nom de l’intérêt national et quelques soient nos différences de sensibilités afin de préparer le redressement français. »

JRL : « Outre les relations que vous entretenez avec le MNR et la NDP et des associations politiques ou des non relations avec le FN, entretenez vous des relations avec d’autres partis comme DLF (Debout La France), le RPF, Ligue du Sud, CPNT ou bien des associations politiques et mouvements tels que la Manif Pour Tous, le Printemps Français ou bien l’Avenir Pour Tous de Virginie TELLENNE alias Frigide BARJOT ? »

CL : « Par principe, le Parti de la France est favorable au développement de toute forme de coopération et d’action avec les organisations, associations et politiques qui agissent dans le sens du redressement national et de la défense de la Patrie. Je crois que l’avenir, par souci d’efficacité, imposera les modes de collaborations et d’actions communes. Je crois à l’Union des droites. Je n’ai pas d’ennemi à Droite. » 

Crédit photo Flaview – Carl LANG avec Jean-Claude FRAPPA, Président du Parti de la France 06 lors de la réunion à Nice avec les adhérents et sympathisants – 22/11/14

JRL : « On l’a vu récemment, le Parti de la France se relance sur les réseaux internet : nouveau compte officiel twitter, le Réinfo, la nouvelle présentation du site national, pouvez-vous nous en dire plus ? »

CL : « Nous constatons la Politique du système d’omerta pratiqué à l’endroit du Parti de la France par les grands médias partisans du système et nous ne pouvons donc que compter sur nous même. Le système médiatique a concédé pour des raisons stratégiques utiles à la Gauche un monopole à Marine LE PEN en dehors de l’UMP et des autres partis du système. Nous avons donc mis en place un nouveau pôle de communication sur notre site internet avec des magazines bimensuels de réinformation et 1 ou 2 fois par mois des invités politiques qui ne sont pas nécessairement membres du Parti de la France. Nous espérons à ce titre avoir le plaisir de recevoir le Président du RPF dans le souci d’établir des liens politiques plus importants parmi les représentants de la vraie Droite Française. »

JRL : « Le Parti de la France sera t-il sur la ligne de départ des départementales (ex cantonales) et régionales et aux côtés de qui ? »

CL : « La réponse à cette question est liée à nos capacités de financements des campagnes électorales. Nous ne disposons pas de financements publics. Ce sont les militants qui financent. Nous concentrerons probablement nos efforts dans certains secteurs ciblés de ce que j’appelle « le harcèlement électoral » et ce dans l’attente de pouvoir dans le futur mener de grandes batailles rangées politiques. Dans cet esprit, le Parti de la France et l’UDN peuvent soutenir d’autres secteurs de candidats patriotes qui défendent les principes et nos valeurs. Je reste favorable à l’Union à la base des patriotes de la Droite Nationale. »

JRL : « Si on vous dit aujourd’hui « Jean-Marie LE PEN », cela vous inspire quoi ? »

CL : « Je pense que Jean-Marie LE PEN a eu l’immense courage de fonder et porter le FN depuis plus de 40 ans. Aujourd’hui il est marginalisé dans son propre mouvement. Sa fille et son entourage n’attendent avec impatience qu’une chose : qu’il disparaisse de la vie politique. »

JRL : « On a notamment lu votre communiqué concernant l’élection de Monsieur Pierre-Marie VERDIER à la tête de la commune de Besmont (02) sur une liste d’intérêt communal. Combien d’élus composent votre parti, et notamment de maires, maires adjoints, élus Parti de la France ou Divers Droite (DVD), etc… ? »

CL : « Je ne peux répondre à cette question puisque nombre ont été élus sur des listes d’intérêts communaux. Ce qui est clair aujourd’hui c’est que nous recrutons beaucoup d’élus locaux, déçus ou trahis par l’actuel FN et qui ne se retrouvent plus du tout dans le discours de souverainisme de Gauche de Marine LE PEN et Florian PHILIPPOT. Nous sommes un pôle de ralliement pour beaucoup de militants de la Droite Nationale, militant pendant des années au FN. »

JRL : « Serez-vous candidat à la Présidentielle et si oui, quelles sont vos espérances pour ce scrutin ? Si élu, quelles seraient les premières mesures que vous prendriez et quels seraient les noms sur lesquels vous pourriez compter pour former un gouvernement ? »

CL : « Au moment où nous parlons, notre objectif pour 2017 est de présenter des candidats aux élections législatives avec le souci de contribuer au rassemblement le plus large possible de candidats de la Droite Nationale. Concernant l’Election Présidentielle, je ne suis pas aujourd’hui en mesure de vous indiquer quelle sera notre attitude et nos marges de manœuvre. »