La Guerre des Front(s) Démocrate(s) aura bien lieu

Dtom.fr vous propose à nouveau cet article initialement paru dans ses colonnes en date du 20 Juillet 2014 : il a son importance car cité sur la page Wikipédia du Front Démocrate et il apporte un certain regard sur la naissance à l’époque de cette nouvelle formation politique aujourd’hui composante de la majorité macroniste… tout comme le MoDem. 

A gauche, le Front Démocrate de Jean-Philippe Jouvenel, à droite celui de Jean-Luc Bennahmias

Par Jean-René LAGET, Directeur des publications

Ils se pensaient indispensables auprès de François BAYROU et croyaient que leur escapade marseillaise des Municipales en terres mennuccistes passerait comme une lettre à la Poste, aussitôt envoyée, aussitôt pardonnée. Il n’en fut rien. Christophe Madrolle et l’ex Vert Jean-Luc Bennahmias furent exclus du parti alors que le MoDem avait apporté officiellement son soutien à Jean-Claude GAUDIN, réélu triomphalement contre toute attente. La pilule ne passant pas chez l’écolo-démocrate, ce dernier a décidé à la mi Juin 2014 de créer le « Front Démocrate », « inspiré du Parti Démocrate des USA » et dont le lancement officiel se fera le 27 Septembre 2014. L’inspiration a toutefois ses limites, vu que l’orientation, écologiste et sociale, sera clairement de Centre Gauche, ne rejetant pas les alliances à l’avenir avec le PS. Tout allait pour le meilleur des mondes pour l’ex eurodéputé (de 2004 à 2014) si ce n’est jusqu’à l’apparition ou plutôt… réapparition d’un autre Front Démocrate, celui de Jean-Philippe Jouvenel, crée en Septembre 2011, think tank de discussion avec l’ensemble des partis politiques, et pas seulement de Gauche. L’intéressé, dans une tribune sur le site du Front Démocrate « originel », dénonce cette attitude : 

« Cela en fait-il un problème pour cet ancien député européen EELV puis MoDem ? Non, on prend le nom et on joue la carte de la loi du plus fort en usant de tous ses contacts politiques (notamment PS) et médiatiques pour s’imposer et écraser l’existant.

Utiliser la loi du plus fort dans un discours se voulant démocrate et se réclamant du conseil national de la résistance, en dehors des aspects légaux, sur le plan de la morale politique, n’est-ce pas une certaine illustration de la véracité de ses convictions ? » 

Ajoutant par ailleurs sur la nature de ses rapports avec les bras droits de Bennahmias : 

« Le 19 juin, j’ai finalement été joint par téléphone par Christophe Madrolle, qui se présente comme son bras droit, puis Cyril Chadé, de la société Polydea, qui se présente comme chargé de la comm’ et du web du Front démocrate de Bennahmias. Si Madrolle a tenté de me faire croire qu’il ignorait tout de notre existence avant le lancement de leur parti, Chadé a été beaucoup plus cru : il nous avait bien vu, mais a estimé que nous étions négligeable… Et, même s’il avait vu le formulaire de contact du blog, il n’a pas jugé opportun de nous contacter… Bien gentiment (si, si), il m’a proposé de contribuer pour eux (écrire mes textes pour qu’ils se les approprient, petite traduction pour les nouveaux en politique). Gentil non, pour s’assoir sur 3 ans d’antériorité et l’éradication de notre travail ? Un accord ? Pourquoi faire ? »

A la lecture de cette tribune, on apprend par ailleurs que Cyril Chadé avait déposé « Union Démocrate ». Un dépôt INPI datant en effet du 19 Avril 2014, révélant les véritables intentions et idées de Bennahmias. Cependant, il a du certainement y renoncer en estimant les tensions possibles avec l’UDI, dont le nom et l’acronyme auraient été très, trop proches. 

Capture d’écran du dépôt INPI de « Union Démocrate »

Cohabitant sur les réseaux et sur les blogs, leur affrontement s’est justement déplacé sur le terrain de l’INPI. Ironie du sort… ou pas, Jean-Philippe Jouvenel et Cyril Chadé sont tous les deux lyonnais et ont fait leurs dépôts à deux jours d’intervalle. Le premier a avoir dégainé est le responsable de la société Polydéa qui a déposé logo et nom le 17 Juin 2014 sous les classifications de Nice 35 (publicité), 38 (télécommunications) et 41 (éducation). A cette heure, le statut est toujours celui de la « demande publiée » et non « marque enregistrée ». Tout en sachant que la demande pourrait être « enregistrée » ou tout simplement «demande totalement rejetée ». Jean-Philippe Jouvenel est venu effectuer son dépôt 2 jours plus tard par voie de dépôt électronique également, sans déposer de logo, puisqu’il estime que son logo, sans forme ni figure est purement manuscrit. Le caractère manuscrit d’un dépôt de nom est également supposé empêcher tout autre dépôt, sauf de logo mais de fait inutilisable. Autre différence concernant son dépôt, il y a ajouté la catégorie 16 (produits de l’imprimerie), permettant le dépôt sur des objets dérivés et notamment… des imprimés et tracts.

On s’imagine aisément sur quel terrain leur affrontement va désormais se déplacer, Jouvenel pouvant estimer le préjudice moral et intellectuel subi comme évident mais aussi l’occasion rêvée de relancer son Front Démocrate qui était depuis sa naissance dans son jus, sans grande activité ni reconnaissance médiatique. 

Capture d’écran des 2 dépôts INPI « Front Démocrate »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s